Art de Lhomé

  • Poèmes aux fenêtres des tours

    Ce matin c’est le premier jour d’automne
    Etrangement en ouvrant les volets de ma chambre
    Je fus témoins d’un drôle de phénomène
    Entre rêve et hallucination
    Je voyais plus mon quartier comme avant mais
    Fleurir des trottoirs jusqu’aux balcons,
    Le long des tours aux angles des murs
    D’immenses phrases qui recouvrent le béton
    Le genre de phrases qu’ici on ne dit pas,
    Ni autres, ni même à soi
    Par peur ou par honte, par crainte de rompre
    Ces silences qui nous servent de loi
    Alors j’ai découvert une formule magique :
    Un peu de buée contre la vitre et tout ce qu’on Ecrit
    sur les murs prend vie alors j’ai… j’ai
    Mis des poèmes aux fenêtres des tours
    Car nos tours sont des arbres qui n’ont plus de fruits
    Dont les racines sont couvertes de bitume
    Et où les oiseaux n’existent que la nuit
    Des poèmes aux fenêtres des tours
    Pour que l’horizon des plus petits s’ouvre d’un tour
    Et que se faufilent sous leurs pupilles
    Mille couleurs d’un arc en ciel qui s’illumine
    Des poèmes aux fenêtres des tours
    Pour le monde à ma cause rallier
    Et qu’on entende ces oiseaux qui étouffent
    Enfermés, dans des cages d’escaliers
    Des poèmes, pas pour cacher la misère, mais pour
    Lui donner un nom, lui donner mes vers et dire
    Que se taire, « se taire c’est mourir »,
    Alors pour vivre, j’ai choisi de m’écrire
    Et mes poèmes sont d’immenses tableaux
    Où je dépeins nos envols et nos enclos
    J’ai trempé mes rimes dans des pinceaux
    Pour ne voir en la race humaine qu’un seul camaïeu
    Et je m’élève à douze pieds du sol,
    Dans mon dos je n’ai pas d’ailes mais des clés de sol
    Mes alexandrins en guise d’escalier,
    Je suis monté sur les toits de l’humanité
    Alors j’écris car écrire c’est magique
    Ecrire c’est mon souffle, c’est ma vie
    Alors j’ai fait de mon quartier mon pupitre et j’ai…
    Mis des poèmes aux fenêtres des tours
    Car nos rêves sont feuilles mortes que balaie le vent
    Dans un hiver qui dure depuis toujours
    Et où la douleur embrasse le soleil levant
    Des poèmes aux fenêtres des tours,
    Fatigué de ces mensonges qui m’entourent
    Aux grands discours je suis devenu sourd
    Petit poucet dans la forêt de ciment
    Des poèmes aux fenêtres des tours
    Car sinon j’allais mourir de l’intérieur
    A cause d’histoires pas apprises par coeur
    Mais au corps à corps au cours du parcours
    Des poèmes au cas où un jour
    La France passerait simplement
    Nous dire « bonjour »
    Et se rendre compte que le temps d’une étincelle
    On peut voir des poèmes aux fenêtres…
    Des H.L.M.
    Ce matin c’était le 1er jour d’automne
    Etrangement en ouvrant les volets d’ma chambre
    J’ai compris qu’écrire c’est de l’Amour
    Alors j’ai mis mon coeur aux fenêtres des tours


    AFF CONCERT 2016

    LIVE 2017 // Puissant, poétique et sans filet...

    En attendant de revenir avec un nouvel album prévu à l'automne 2017, Lhomé revient à une formule simple et efficace, légère techniquement, pour défendre sa poésie douce et puissante, ses textes finement ciselés. Accompagné par le talentueux Gérald Villain au piano et aux machines, il offre un set entre Chanson, Rap et Poésie ainsi que des plages sonores uniquement au piano !
    Une balade qui va jusqu'à nous interpeller au plus profond de nous...
    Un voyage plein d'espoir, ancré dans un monde toujours plus agressif avec l'humain.

    Au plus près du public, en douceur et en puissance,
    Les mots et le flow pour seules armes
    A la conquête des coeurs et des âmes
    .

    DISTRIBUTION
    Slam : Lhomé 
    Piano & programmations : Gérald Villain 

    Contacts  & plaquette sur demande :
    bookinglhome@yahoo.fr