Art de Lhomé

  • L'Ombre d'un Amour

    J’écris cette dernière lettre,
    En espérant qu’un jour on se croisera, on se parlera, peut être…
    peut être pas.
    J’espère que vous comprendrez ce que j’ai voulu vous offrir
    Je ne suis qu’une ombre, une ombre qui protège un coeur d’enfant
    Je ne suis qu’un mélange de racines, de cultures et de sang
    Comprenez-moi, Il m’a fallut mourir de celui que j’étais,
    Il m’a fallu apprendre à aimer, à pardonner pour pouvoir me pardonner
    Combien qu’on est dans le mensonge, combien à fuir notre réalité, à
    Croire qu’à travers l’excès, la défonce, la violence…
    Combien on est dans le silence ?
    Tu peux m’insulter, me voler, me frapper,
    Je sais qu’on emporte rien lorsqu’on s’envole
    Je sais qu’on est que la trace qu’on laisse à ceux qui nous ont aimé
    Voilà, vous êtes mes confidents et pour ma plume moi
    J’ai perdu des amis, j’ai vécu ces dernières années entre espoirs et
    désillusion,
    Entre sacrifices et passions, alors je garde l’écriture comme un dernier
    acte,
    Car Ecrire c’est se souvenir, c’est pouvoir libérer Mumia et Léonard Peltier,
    Ecrire c’est : retirer le bandeau qu’il y a sur les yeux de la justice.
    Moi je suis de ceux qui aiment l’Humain mais en déteste les agissements
    Alors comprends ma plume est un cri, un rugissement
    Et à travers ma musique je voudrais dire aux Femmes qu’elles sont Belles
    Et aux Hommes qu’ils sont Lumière
    Car le combat est tellement plus long qu’on ne le croît,
    Tellement plus grand qu’on ne le voit,
    Toi, moi et tous les autres on est juste
    L’Ombre d’un Amour qui vaincra…