Art de Lhomé

  • Incompris

    J’ai pris la main du monde
    Je l’ai serrée fort dans la mienne
    Ses doigts étaient gelés, je n sentais même plus ses veines
    L’impression de le perdre et de me perdre moi-même
    J’ai beau être né sur terre je me sens pire qu’un alien
    Les happy end, n’existent que dans les films
    Et la machination «Blue bim» est pire, pire qu’on l’imagine
    Des actionnaires nous font croire à coup de pub
    Qu’ici on éteint la lumière et qu’ailleurs une autre s’allume
    Mais c’est toujours dans cette fichue obscurité
    Que les hommes percent l’hymen de l’inhumanité
    Et ça m’file la gerbe, nos chefs d’états mangent
    Pour 500 euros par jour et s’endorment loin du Darfour
    Pasqua vend des armes, Chirac évite la justice
    France télécom invente le forfait « Orange suicide »
    Car leurs fortunes se bâtissent sur notre exploitation
    La force du maître, c’est l’nombre d’esclaves dans ses plantations
    Est-ce qu'on parle la même langue ?
    Dis moi est-ce qu'on voit le même monde ?
    Est-ce qu'on parle la même langue ?
    Dis moi est-ce qu'on voit le même monde ?
    Est-ce qu'on ressent les même choses ?
    J’ai pris la main du monde… icompris…
    Incompris combien pensent à s’foutre en l’air ?
    Tellement de gens dans la misère et nous à la pointe du nucléaire,
    De conférence en séminaire ils disent tous que la paix n’a pas d’prix
    Mais ils partent tous toujours en guerre
    Ma populace est lassée stressée au maximum
    Ne peut que s’laisser aller au bras de la dernière mode
    Se rue sur quoi? Des portables et des fringues
    Putain nos vies trouvent-elles un sens quand les gosses ont des flingues ?
    Parce que ce monde n’a rien d’élégant
    On l’a rendu alléchant, aguichés par des marchands de péchés,
    Dans l’Arche de Noé, nos échines sont des guichets,
    Echoués sur leurs marchés, nos achats ont l’goût d’un crachat
    Même l’amour au féminin souffre d’un cancer du sein
    Et la chimio s’offre des cures de carte Bleue
    Un vide existentiel comblé par l’amas de biens
    Nos maisons sont pleines mais nos coeurs sonnent creux
    Est-ce qu'on parle la même langue ?
    Dis moi est-ce qu'on voit le même monde ?
    Est-ce qu'on parle la même langue ?
    Dis moi est-ce qu'on voit le même monde ?
    Même entouré t’es-tu déjà senti orphelin ?
    L’envie d’aider t’a-t-elle déjà pris par la main ?
    On souffre, c’est pas une plaie c’est pire que le néant
    Imagine une blessure plus profonde que l’océan…